Sortie en février d’après le livre des souvenirs de Marie-Madeleine Peyronnet, « Une vie avec Alexandra David-Néel », par Fred Campoy (scénario/dessins) et Mathieu Blanchot (dessins/couleurs), retrace l’histoire de la première Occidentale à entrer au Lhassa, au coeur du Tibet interdit. Le plus grand explorateur du XXe siècle n’est autre qu’une femme… Et quelle femme!

 

 

1959. Cette année, Marie-Madeleine Peyronnet entre au service d’Alexandre D. Néel, alors âgée de 90 ans. Inspirée par le témoignage de celle qui accompagnera l’exploratrice dix années, on découvre le quotidien que les deux femmes partagent et les relations qu’elles nouent au fil du temps. On découvre une Alexandra au caractère bien trempé, directive et charismatique; tout un personnage, qui ne cessera d’attendrir Marie-Madeleine.

 

ni_624728_1455010362_1455010369
Marie-Madeleine: « Oh combien elle est diabolique, désarmante et adorable, cette terrible Alexandra! »

 

Sauts dans le temps

Tout au long du livre, on suit les aventures d’Alexandra et ses épopées au Sikkim (Inde du Nord) et ses deux années de retraite dans les hautes altitudes himalayennes, sa rencontre avec le XIIIe Dalaï-Lama, son histoire avec Aphur Yongden, qui deviendra son fils adoptif, et son long périple de 2000 km (d’octobre 1923 à février 1924) pour pénétrer au Tibet, alors interdit d’accès aux étrangers. Des souvenirs peints tout en couleurs, en contrastant avec les pages en noir et blanc du quotidien des deux femmes, dans la maison de Digne-les-Bains.

 

unevieadntome1
Lors de son pèlerinage, elle n’hésite pas à traverser des déserts hostiles. On y voit une femme déterminée et fière, suivie de son serviteur et ami Yongden.

 

« Je suis née exploratrice »

 

Le récit nous fait voyager dans les contrées lointaines de l’Inde et de l’Himalaya et nous dépeint le bouddhisme, au travers l’art, mais aussi via le métier d’écrivain d’Alexandra et les nombreuses anecdotes de sa vie. Dès les premières pages, notre curiosité est piquée à vif par ce personnage principal haut en couleur! On se prend à l’histoire et l’on se met vite à la place de Madeleine, qui découvre l’histoire hors-norme de cette vieille dame, qui ne laisse aux premières impressions rien paraître de ses aventures incroyables et de son tempérament fougueux!

 

 

85ae84c87b6b88d1e06fec3e33d4f009
Alexandra à dos de Yack durant son périple pour rejoindre le Tibet.

 

 

Alexandra David-Néel en huit dates clés: 

 

24 octobre 1868 : Naissance d’Alexandra à St Mandé, près de Paris.

1893: Alexandra, parisienne, est devenue bouddhiste à l’âge de 25 ans.

 

louise_eugenie_alexandrine_marie_david_19th_century
Alexandra, jeune fille

 

1911-1925 : Voyage de son exploit: long séjour au Sikkim (nord de l’Inde), puis au Japon, en Corée et en Chine, avant de gagner le Tibet. Elle devient une spécialiste de l’orientalisme et du Tibet.

1912 : Rencontre du XIIIe dalaï-lama ; la première fois qu’il recevait une Européenne.

 

alexandra_david-neels
En tenue traditionnelle, elle est considérée comme la toute première « dame lama »de l’histoire! 

 

1914-1916: Elle devient l’élève du maître « le gomchen », vivant dans un ermitage ouvert sur les hauteurs de l’Himalaya. Elle réussit les degrés initiatiques et y appris le « monde tibétain » et la langue de Lhassa.

1945: Elle rentre définitivement en France à l’âge de 77 ans.

 

bd-vie-avec-alexandra-david-neel-page-2-1
Le jour de la rencontre des deux femmes. 

 

1959: Marie-Madeleine Peyronnet entre à son service pour l’aider dans les tâches du quotidien.

1969: Mort d’Alexandra à l’âge de 101 ans.

 

 

Infos pratiques:

Livre : « Une vie avec Alexandra David-Néel », Tome 1 / prix: 16,9 euros.

Ouvrage annexe: Alexandra David-Néel, Vie et Voyages – 2009 – Joëlle Désiré-Marchand

Musée de sa « Forteresse de la méditation » à Digne-les-Bains » à visiter.

À suivre, le tome 2 des aventures d’Alexandre David-Néel, jusqu’à son arrivée à la capitale du Tibet: Lhassa. 

couv-glenat
Tome 2