« Iwheeltravel », c’est le blog d’Aurélie, destiné à toutes les personnes en situation de handicap qui souhaiteraient avoir des bons plans sur des destinations et voyager. Cela fait déjà 10 mois qu’elle est partie avec son copain Franck en PVT Nouvelle-Zélande. À 30 ans, cette ancienne juriste prouve que quel que soit la nature de nos limites (avec ou sans handicap), le voyage est à portée de main…

 

Peux-tu me parler de ton handicap ?

J’ai une maladie dégénérative qui s’appelle le « Strümpell-Lorrain ». J’en ai la forme la moins agressive, où seulement mes membres inférieurs sont touchés. J’ai eu les premiers signes de la maladie à mes 13 ans, et depuis je perds mes facultés à marcher petit à petit. Aujourd’hui, je peux toujours marcher sur des courtes distances, prendre les escaliers (…) mais pour le reste du temps, je suis en fauteuil roulant.

 

 

DSC01854
Franck et Aurélie en Nouvelle-Zélande @Iwheeltravel

 

 

Quel a été le déclic de ce goût du voyage ?

J’ai toujours eu l’envie de voyager… J’ai finalement attendu la fin de mes études et mes premiers salaires pour partir trois semaines au Japon avec Franck, mon copain. Pour moi, deux déclics se sont opérés: d’abord ce goût pour la découverte des autres cultures et ce sentiment de liberté que procure le voyage. Enfin, cela m’a permis d’accéder à un autre stade d’acceptation de ma maladie. Je me suis rendue compte que je me posais beaucoup de limites moi-même et que je pouvais les dépasser. J’étais bel et bien là, avec mon handicap, à voyager, heureuse !

 

« Ce que je préfère en voyage, c’est de rencontrer des locaux, découvrir leur histoire, leur façon de vivre. »

 

 

DSCF2861
Nouvelle-Zélande @Aurélie

 

 

Est-ce que l’accessibilité est un critère essentiel aux destinations que tu choisis ?

Pas vraiment… et cela l’est de moins en moins je pense. C’est vrai que jusqu’ici, les destinations qui pouvaient m’intéresser étaient des pays développés, qui avaient donc globalement de bonnes infrastructures. Dans deux mois, je m’oriente vers autre chose en voyageant en Asie avec Franck. Dans tous les cas, je vais bien sûr regarder ce qui se fait sur place, mais que les infrastructures soient là ou non, je ne vais pas me priver! Cela va peut-être me demander plus de temps à organiser et à réfléchir sur ma façon de voyager, mais je ne vais pas éviter le pays pour autant ! Bon… je dis ça maintenant; une fois en Asie, ce sera peut-être autre chose ! (rires)

 

DSCF1339
@Nouvelle-Zélande @Aurélie

 

Quel a été votre programme en Nouvelle-Zélande?

Les trois premiers mois, on a fait un road trip : on visitait et on faisait du Helpx chez les habitants (logé et nourrit en échange de quelques heures de travail par jour). Ensuite on s’est installé à Wellington, où Franck a trouvé un travail. Il nous assurait une sécurité financière, j’ai donc fait le choix de mettre un terme à ma carrière de juriste, qui ne me convenait plus, pour me consacrer à fond dans le développement de mon blog et m’orienter dans un futur proche vers le tourisme accessible.

 

Avais-tu des peurs avant de te lancer, que tu n’as plus maintenant sur place?

Comme beaucoup, j’avais une appréhension quant à l’anglais… Je peux dire maintenant que grâce à la pratique, je l’ai dépassée ! Des appréhensions nouvelles, je commence à en avoir, notamment avec notre voyage en Asie qui se profile, quant aux difficultés pour me déplacer… Je pense que même s’il y a plus de sources de difficultés, je les envisage plus sereinement maintenant, que si j’avais dû les affronter avant… Le voyage m’a appris à être moins cadrée et à laisser plus de place à l’imprévu.

 

DSCF7573
Aurélie à cheval en Nouvelle-Zélande @Iwheeltravel

 

Comment les gens accueillent ton handicap?

Les Néo-Zélandais sont très accueillants et prévenants envers les personnes en situation de handicap. Les personnes chez qui on a logé dans le cadre du Helpx, ont toujours fait en sorte d’aménager mon temps pour que cela ne me pose pas de problème, elles me laissaient le choix des tâches à faire. Je n’ai jamais senti une quelconque gêne. C’est grâce à la première famille que j’ai su que l’on pouvait aller faire du ski adapté. Ils m’ont même fait rencontrer un organisme national qui s’occupe de l’équitation pour personnes handicapées. Une autre famille m’avait parlé d’une personne qui développait un nouveau type de fauteuil roulant, et de fil en aiguille, je l’ai rencontré et j’ai testé leur nouveauté !

 

« Je ne me suis jamais sentie en rejet. Parfois les gens ne savent pas trop quel comportement adopter, mais ça, c’est pareil dans n’importe quel pays. »

 

DSCF3051
@Aurélie

 

Pour quelles raisons as-tu décidé de faire ce blog ?

Faire ce blog m’est venu assez naturellement… Quand on a décidé de partir, il a quand même fallu que je cherche des informations sur l’accessibilité du pays, autant d’un point de vue touristique, que pratique de la vie de tous les jours, car on ne savait pas encore si on allait se poser dans une ville. Le constat était là : ce genre d’informations, qui plus est en français, n’est pas simple à trouver… Par le biais de mon blog, je me suis dit que cela permettrait à la famille de nous suivre, mais que ce serait aussi une source d’informations pour des personnes en situation de handicap, qui ont des appréhensions pour partir et qui ne veulent pas prendre le risque voyager à l’autre bout du monde sans savoir ce qui les attend!

 

« Je souhaite vraiment qu’elles puissent se sentir plus en confiance avec leur handicap, avec le fait de voyager et pourquoi pas les aider à sauter le pas à leur tour! »

 

DSCF9195
Nouvelle-Zélande @Iwheeltravel

 

Quels conseils donnerais-tu aux personnes ayant un handicap pour sauter le pas?

Je leur dirai de se faire plus confiance… On est largement capable de plus de choses qu’on ne pense… repousser ses propres limites en fait partie. C’est vraiment un travail personnel que nous seuls pouvons faire. C’est sûr que voyager nous demande plus de temps, avec une recherche d’information plus importante que pour des personnes valides, mais il faut juste « oser ».

 

DSCF7896
Aurélie et Franck @Iwheeltravel

 

As-tu des clefs à partager pour repousser tes limites ?

Pour ma part, c’était un concours de circonstances : ce que j’avais en France ne me convenait pas, j’ai donc vite été poussée à prendre cette décision de partir en PVT. Je suis consciente que partir à deux est plus simple que de partir seule, mais il ne faut pas hésiter à trouver d’autres voyageurs pour vous accompagner. N’hésitez pas à poser des questions, il existe plein de forums, de groupes et de conseils sur des blogs…

 

« On a la chance de faire partie de cette génération de nouvelles technologies donc profitons des réseaux sociaux et d’internet intelligemment ! »

  

Quelle est la chose dont tu es le plus fière dans ton voyage ?

Le moment qui me vient à l’esprit est celui où j’ai skié pendant deux jours, au début de notre voyage en Nouvelle-Zélande. C’était la première fois que je mettais un pied sur un ski ! Et c’était assez foufou (rires) ! J’étais assez émue d’en faire… J’avais comme une barrière en moins. Je me suis rendue compte que ce serait par la suite un moment que je pourrai partager avec des amis et ma famille…

 

DSCF8328
Aurélie sur des skis adaptés au handicap @Iwheeltravel

 

Quelle est la chose que tu rêverais de faire ?

J’ai un projet qui me tient à cœur, ma ligne directrice : celui de travailler dans le voyage accessible. C’est ce qui nous guidera Franck et moi sur la destination où l’on vivra…

 

 

Aurélie: